Photo CHUB
FRNLEN

>>Programme Rapid Recovery : une convalescence plus facile, plus rapide et avec moins de douleur

Rapid Recovery

Le programme "Rapid Recovery" est un programme de qualité en orthopédie, qui a pour but d’optimaliser l'itinéraire clinique du patient (tous les aspects du séjour du patient depuis ses examens préopératoires jusqu’à sa sortie de l’hôpital) et d’organiser un retour rapide et sécurisé à ses activités quotidiennes. L’implication active du patient dans le traitement et dans le processus de rétablissement est essentielle.

Le programme Rapid Recovery permet une convalescence plus facile, plus rapide et avec moins de douleur pouvant déboucher sur un séjour hospitalier plus court.

Il est fondé sur une approche fast-track multidisciplinaire (orthopédistes, anesthésistes, infirmier(es), spécialistes en médecine physique, kinésithérapeutes, service social,…).

Au sein de l’unité 12 où il est mis en pratique depuis septembre 2016, la collaboration de tout le personnel du service est cruciale (motivation et soutien du patient, stimulation de la marche et de l'autonomie, évaluation et traitement de la douleur , évaluation des critères de décharge).

Le programme Rapid Recovery se décompose en quatre éléments principaux :

  1. Optimalisation des procédures :
    • Tous les patients poursuivent le même programme (processus standardisés), ce qui diminue le risque d’erreurs et par conséquence le nombre de complications.
    • Les plans de soins sont coordonnés par les différentes disciplines.
    • Seuls les traitements cliniquement prouvés sont utilisés.
    • Tous les processus sont mis en place dans le cadre d’une récupération rapide et sécurisée.
  2. Engagement du patient :
    • Le patient est informé, avant son admission, sur les différentes étapes de l’opération, la durée d’hospitalisation, et les objectifs de mobilisation.  Un patient bien informé est un patient rassuré qui a besoin de moins d’antidouleurs.
    • Le patient est invité à une session d’information présentée par l’équipe multidisciplinaire. L’occasion pour lui de poser des questions et d’échanger avec d’autres patients.
    • Le patient est accompagné par un coordinateur, personne de référence avant, pendant et après son hospitalisation.
    • Le patient est motivé à participer activement à sa revalidation.
    • Le patient porte des habits civils et n’est pas alité toute la journée.
  3. Améliorations cliniques :
    • Mobilisation rapide du patient : au plus vite il est mobilisé, au moins il encourt des complications, au plus vite il récupère ses capacités fonctionnelles. Ceci est envisageable par différents types d’analgésie (rachi-anesthésie, LIA), au travers d’un suivi rapproché du kinésithérapeute et d’une stimulation à progresser (marche, toilette, repas) par le personnel infirmier, et en remettant en question la présence de pompes, de sondes urinaires et de drains limitant la mobilité.  L’objectif étant que la première mobilisation ait lieu en salle de réveil.
  4. Critères de sortie :
    • La sortie du patient est envisagée au troisième jour après l’opération.
    • Le patient est informé sur les objectifs à atteindre (motivation). 
    • On évalue les progrès du patient et donc les critères (exemples :  dans et hors du lit sans aide, toilette sans aide, monter les escaliers à l’aide de béquilles, marcher 30 mètres dans le couloir, douleur sous contrôle,  plaie sèche) à chaque fois que l’on rentre dans la chambre du patient.